Archives par mot-clé : cgtg banane

GRÈVE DES TRAVAILLEURS DE LA BANANE SUSPENDUE : DORMOY A FINI PAR LÂCHER DES SOUS !

Jeudi dernier, sous la pression de la mobilisation, Louis Dormoy a été contraint de venir négocier à Jarry avec les travailleurs. Pourtant c’est lui qui affirmait il y a quelques années : « jamais je ne m’assiérai pour discuter avec les nègres qui travaillent pour moi » !
Le béké s’est engagé à verser 1200 € à tous les ouvriers de sa plantation. Il devait cet argent, parce que les travailleurs ont cessé le travail pour protéger leur santé. Les autorités ont donné 3 mois à Dormoy pour mettre sa plantation aux normes.
Les travailleurs reprennent le boulot lundi, mais ils vont continuer à lui mettre la pression !
#Journalrebelle #Guadeloupe #Grève #CGTG #béké #Travailleurs

https://www.facebook.com/pages/Journal-rebelle/728189900604132

TRAVAILLEURS DE LA BANANE MOBILISÉS SUR LE PORT !

141119_blocage_port_jarry_ppDepuis un mois et demi, les ouvriers de la plantation du béké Dormoy sont en grève contre leurs conditions de travail dignes de l’esclavage. Des rapports ont montré qu’un travailleur porte chaque jour 7 tonnes de banane sur son dos. Chaque année, un ouvrier sur quatre est victime d’un accident de travail. En 25 ans, il y a eu 10 morts sur la plantation.
L’inspection du travail, la préfète et même d’autres patrons de la banane donnent raison aux travailleurs et conseillent à Dormoy de se mettre en règle. MÉ TÈT A BÉKÉ-LA RÈD MÈM !

141119_blocage_port_jarry_2_ppMalgré ses belles paroles, la préfète n’a toujours pas envoyé les gendarmes sur Dormoy. Elle les envoie tabasser les grévistes.
Les travailleurs ont décidé qu’aucune banane ne partira du port de Jarry. YO NI RÉZON !
#Journalrebelle #Guadeloupe #Grève #CGTG #béké #Travailleurs
Photos Guadeloupe 1ère

https://www.facebook.com/pages/Journal-rebelle/728189900604132

TRAVAILLEURS DE LA BANANE VS BÉKÉ DORMOY : UNE JOURNÉE RÉUSSIE !

manif_7_oct_2014_recadrée

Ce matin, nous étions 80 devant le tribunal de Basse-Terre, pour soutenir la famille et les camarades de travail de Simon Georges, décédé il y a 5 ans par la faute de son patron, le béké Dormoy (voir post précédent).

Une fois encore, la police venue spécialement de PàP a empêché plusieurs personnes d’entrer : le tribunal de Basse-Terre devient une zone de non-droit dès que les autorités ont des choses à se reprocher.

Mais les travailleurs de la banane ont marqué des points aujourd’hui. D’abord, parce que la plantation de Dormoy n’a pas fonctionné : les 180 salariés ont fait grève (sauf 8). Ensuite parce que des salariés d’autres plantations étaient présents en solidarité. Enfin, parce que la préfète a reçu une délégation, et elle a promis d’organiser des négociations avec les planteurs pour améliorer les conditions de travail. Ça va être dur pour Louis Dormoy, qui affirmait il y a quelques années : « jamais je ne m’assiérai pour discuter avec les nègres qui travaillent pour moi » !

Le procès a été renvoyé au 16 décembre, toujours à Basse-Terre. On sera là !

MARDI 7 OCTOBRE, MOBILISATION DEVANT LE TRIBUNAL DE BASSE-TERRE !

Demain matin, nous irons soutenir les travailleurs de la banane dans leur procès contre leur patron, le béké Dormoy.

En juin 2009, un ouvrier a fait une chute sur la plantation et il est mort. Dormoy lui avait demandé d’élaguer un arbre sans lui donner de harnais pour s’attacher.

Sa famille demande que sa mort soit reconnue comme accident du travail. Mais Dormoy a refusé, et l’affaire s’est retrouvée au tribunal.

Le médecin qui a examiné le corps n’a jamais rendu son rapport. Pourtant, la gendarmerie l’a réclamé plusieurs fois. Et devinez quoi ? Comme il n’y a pas de rapport, la justice a donné raison à Dormoy en première instance !

Pour dénoncer cette injustice, pour soutenir la famille et les camarades de cet ouvrier, qui sont toujours présents pour défendre notre journal, les rebelles seront demain matin devant le tribunal de Basse-Terre, à 8h30 !