Archives par mot-clé : rectorat

WOULO POUR LES PROFS EN GRÈVE !

Depuis deux semaines, beaucoup de collèges ont fait grève en Guadeloupe : à Baie-Mahault, aux Abymes, à Petit-Bourg, à Saint-Martin… Ce matin, les profs et les parents de Goyave, du Moule, de Pointe-Noire, de Saint-François, se sont rassemblés devant le rectorat.
Partout, ils protestent contre les projets du recteur pour la prochaine rentrée, en septembre 2017. Pour faire des économies, le recteur veut supprimer des postes de profs, et supprimer des classes.
Résultat, alors que beaucoup d’élèves ont déjà du mal à suivre, les choses risquent de s’aggraver. Le nombre d’élèves par classe risque d’exploser, et les profs absents seront encore moins remplacés.
Tous les collèges qui ont fait grève ont obtenu des améliorations. Ils ont regagné des classes et des postes. D’autres établissements doivent se mobiliser dans les jours qui viennent. FÒS BA YO TOUT !
#JournalRebelle #Guadeloupe

COLLÈGE DU MOULE : NOU GANNYÉ !

Depuis la mobilisation de mercredi, tous les collégiens peuvent aller en cours sans problème. Le principal adjoint M. Néva, qui a déclenché toute cette histoire, a reçu hier la maman qui a été insultée.

mouton_rebelleIl est devenu très poli et gentil, et il a assuré que l’élève pourra suivre les cours d’espagnol. Dommage pour la conseillère du recteur, qui a menti à France Antilles en disant que c’était juste un problème de place !
Ces affaires ridicules autour de la couleur des jeans, de la longueur des cheveux, ou de n’importe quel autre prétexte que les chefs d’établissement inventent chaque jour, n’ont qu’un seul but : transformer en moutons les élèves et leurs parents. Et les moutons, ils les aiment, parce qu’un mouton ça ne se rebelle pas !
Les chefs du rectorat aussi aiment les moutons, ça leur évite de régler les problèmes graves qu’il y a dans les écoles : les « éducateurs » qui harcèlent sexuellement les jeunes filles, les bâtiments qui ne sont pas aux normes, les profs qui manquent parce qu’on supprime des postes, le manque de matériel pour étudier convenablement, etc. etc.
PARENTS, ÉLÈVES, NE LAISSEZ PLUS LES CHEFS DE L’ÉCOLE JOUER LES PETITS DICTATEURS ! MOBILISEZ-VOUS, ÇA MARCHE !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬

COLLÈGE DU MOULE SUITE 2 : POURQUOI LES CHEFS DU RECTORAT DÉFENDENT-ILS CE PRINCIPAL INDÉFENDABLE ?

Ce matin, on a été devant le collège soutenir les parents dont les enfants ont été injustement renvoyés par le principal, qui n’aimait pas la couleur de leur jean. Ce principal, M. Duhamel, a été beaucoup moins arrogant. Tous les élèves ont pu aller en cours, même ceux qui ont été refoulés hier, et qui sont revenus avec le même jean.

DSCN3012Vers 7h, une conseillère du recteur, Mme Lacémon, est arrivée et nous a dit qu’elle nous parlerait plus tard, ainsi qu’aux parents. Mais cette dame est restée dans le collège jusqu’à la fermeture, et elle a refusé de recevoir une délégation, laissant les mamans dehors toute la matinée, sous le soleil. Quelle grossièreté !
C’est vrai que ce n’est pas facile, pour la représentante du recteur. Elle aura du mal à justifier les agissements de M. Duhamel, qui a été proviseur pendant 11 ans avant d’être bizarrement rétrogradé à « simple » principal.
Parce qu’il n’y a pas que les renvois abusifs pour la couleur des jeans. Ce principal a aussi l’habitude de brutaliser les élèves, et de les humilier par des remarques blessantes. L’année dernière, il a traité un collégien de « racaille » sans savoir que le papa était présent. Le parent a protesté, alors Duhamel a pris un coutelas dans son bureau et l’a poursuivi ! Ce type est dangereux !
LES CHEFS DU RECTORAT DOIVENT CESSER DE SOUTENIR LES BRUTES MACHISTES QUI LEUR SERVENT DE CHEFS D’ÉTABLISSEMENT !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬

RECTORAT DE GUADELOUPE : COMME D’HABITUDE, LES CHEFS MENACENT, ILS MENTENT, ET ILS NE FONT RIEN !

En mai, le recteur a enfin répondu à nos courriers, et à la pression du ministère : il nous a donné rendez-vous le 2 juin. On ne se faisait pas trop d’illusions, mais ce qui s’est passé avant-hier, c’était vraiment ridicule ! Ce serait presque drôle, sauf que pendant ce temps-là, les adultes qui harcèlent les lycéennes continuent tranquillement. Si vous aimez les films comiques, lisez la suite !
Déjà, le recteur n’était pas là au rendez-vous ! C’est sa directrice de cabinet, Mme Dupuy, et le n°2 du rectorat, M. Bablon, qui nous ont reçus. Pour ceux qui nous suivent depuis 2012, c’est bien la même Dupuy qui avait aidé le proviseur de Baimbridge, Jean Alice, à sanctionner une lycéenne rebelle, Maïssa… précisément parce qu’elle dénonçait le sexisme de ce proviseur ! Dupuy n’a pas apprécié qu’on lui rappelle tout ça, la pôôôvre.
Elle a commencé par dire que tout a changé, que c’est une nouvelle équipe qui dirige le rectorat. Mais en réalité, rien n’a changé, on a entendu le blabla habituel.
D’abord des leçons de morale : « vos méthodes ne sont pas productives ». Ah ouais ? N’empêche que grâce à nos méthodes, c’est la 1e fois que le problème des éducateurs harceleurs est posé publiquement !
Ensuite quelques tentatives de menaces : « vous pourriez être attaqués par les gens dont vous citez le nom ». On a – encore une fois – répondu qu’on attend avec impatience un tel procès !
Après, on a eu droit aux fausses lois, inventées en live par les chefs du rectorat, c’est leur spécialité. Soi-disant, on a une liberté d’expression, mais Rebelle ! va trop loin parce que « tout le monde ne peut pas faire du prosélytisme politique ». Ils ont promis de nous envoyer la fameuse loi, avant de bafouiller et de reconnaître qu’elle n’existe pas.
On vous passe les détails, cette farce a duré 1h30. Le bilan, c’est que le recteur refuse toujours de nous recevoir, que la mafia des chefs est toujours au pouvoir, que l’existence de Rebelle ! leur pose toujours un problème, et surtout qu’ils n’ont toujours pas l’intention de faire quoi que ce soit contre les éducateurs harceleurs dans les lycées.
NOUS, ON EST MOTIVÉS POUR CONTINUER, PLUS QUE JAMAIS ! ET ON VOUS INVITE TOUS À LA JOURNÉE REBELLE DE FIN D’ANNÉE, LE SAMEDI 27 JUIN AU CENTRE SONIS À PAP !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬ ‪#‎Sexisme‬ ‪#‎Harcèlement‬