Archives par mot-clé : recteur Galap

LGT BAIMBRIDGE : LES AUTORITÉS SCOLAIRES PROTÈGENT UN PROF HARCELEUR

Ça fait au moins dix ans qu’un professeur d’histoire-géographie, M. Caix, harcèle sexuellement ses élèves. En juin 2016, une étudiante courageuse l’a dénoncé, preuves à l’appui.

Le proviseur, M. Da Cunha, a tardé à réagir. Sous la pression de certains profs, il a quand même écarté le harceleur du lycée : depuis septembre 2016, M. Caix est suspendu. Mais M. Da Cunha n’a pas transmis le dossier au procureur, comme la loi l’exige. Il a même déconseillé à la lycéenne de porter plainte.

Le recteur, M. Galap, n’a pas transmis le dossier au procureur, lui non plus. Il n’a même pas réuni une commission disciplinaire. Résultat : le prof harceleur devrait revenir au lycée la semaine prochaine, comme si de rien n’était. Nou péké pwan sa !

Photo : le tract distribué ce matin devant le lycée, et transmis à tous les médias.

MISYÉ GALAP, LAGÉ MARVIN !

petition_marvinSamedi 3 décembre, nous avons organisé une conférence de presse pour annoncer que des lycéens de Faustin ont créé un comité de soutien à Marvin, leur camarade de terminale victime d’un acharnement judiciaire qui dure depuis un an.
Ces élèves ont fait circuler une pétition qui a recueilli plus de 300 signatures dans le lycée. La pétition demande au recteur de la Guadeloupe, M. Galap, de retirer la plainte qu’il a déposée contre Marvin. Nous l’enverrons demain matin au recteur.
Les journalistes de Guadeloupe Première, qui sont venus à la conférence de presse, nous ont dit qu’ils ont contacté le recteur pour avoir son point de vue. Ils attendaient sa réponse… affaire à suivre !
#JournalRebelle #Guadeloupe

LE MESSAGE DES LYCÉENS DE FAUSTIN AU RECTEUR GALAP : LAGÉ MARVIN ! (NUM 89)

une89Le nouveau numéro de Rebelle ! est sorti ce matin, avec un dossier sur « l’affaire Marvin », ce lycéen de Morne-À-L’eau victime d’une procédure judiciaire absurde dont le recteur est responsable, vu que c’est lui qui a porté plainte contre Marvin.
Dans ce numéro, il y a aussi un compte-rendu de la victoire des contractuels grévistes du CHU, qui ont obtenu 416 titularisations d’ici 2018.
Et des nouvelles du LPO Baimbridge, du lycée de Petit-Bourg, de Fouillole, etc.
En vente 30 cts à la fac, devant les lycées, et au carrefour Frébault le samedi matin.
#JournalRebelle #Guadeloupe

COLLÈGE DU MOULE : LES GENDARMES HARCÈLENT LA MAMAN REBELLE

Début septembre, une maman (Simone) a gagné contre le principal Duhamel, qui avait refoulé sa fille à l’entrée sous prétexte que son jean était trop clair.
Ensuite, pendant des semaines, Duhamel a voulu se venger en organisant un véritable harcèlement contre la collégienne (par exemple, nous savons qu’un voyou a reçu un appel anonyme pour qu’il vienne cogner l’enfant, et que cet appel provenait du collège). L’élève a pris des coups plusieurs fois, ses sœurs et sa mère aussi. Il a fallu une nouvelle mobilisation pour que les choses se calment.
Le recteur Galap avait choisi de soutenir le principal gangster. Du coup, les mauvaises paroles ont continué an bistan. Près de chez elles, un mur a même été tagué avec des insultes contre elles.
À chaque fois, depuis le 7 septembre, les gendarmes du Moule étaient présents devant le collège à la demande du principal Duhamel. Ils ont suivi toute l’affaire, nous avons même parlé avec eux lors des mobilisations.
À chaque fois que Simone a voulu porter plainte pour les violences subies par ses filles, certificats médicaux en main, ils ont refusé. Pour le tag, qui est là depuis 3 mois, ils ont pris la plainte mais ils n’ont rien fait.
SAMEDI, ILS ONT CONVOQUÉ SIMONE POUR L’ACCUSER DE VIOLENCE UN JOUR OÙ ELLE ET SES FILLES AVAIENT ÉTÉ AGRESSÉES. C’EST LE MONDE À L’ENVERS ! LES GENDARMES LUI ONT DIT QU’ELLE FERA 24H DE GARDE-À-VUE, ET QU’APRÈS ELLE IRA EN PRISON POUR 10 ANS. ILS LUI ONT DIT QU’ELLE ÉTAIT « UNE GRANDE CRIMINELLE », ET QUE C’EST POUR ÇA QU’ILS DEVAIENT FAIRE PHOTOS, PRISE D’EMPREINTES, PRÉLÈVEMENT ADN… L’UN D’ENTRE EUX L’A MÊME MENACÉE AVEC UN BÂTON, EN PLEINE GENDARMERIE !
Simone leur a raconté tout ce qu’elle et ses filles ont subi depuis le 7 septembre, et ils ont menti en disant qu’ils ne sont pas au courant.
Dimanche matin, ils l’ont rappelée pour qu’elle revienne encore à la gendarmerie. Cette fois-ci, ils ont été plus calmes, parce qu’on a accompagné Simone. Mais ils ont continué à mentir, en disant qu’ils ne connaissaient pas l’histoire, que pour les plaintes refusées elle aurait dû envoyer un courrier, etc.
L’attitude des gendarmes est criminelle ! Pour protéger le prestige d’un principal voyou, ils refusent d’aider une famille harcelée. Pire, ils se mettent eux aussi à harceler Simone et ses filles. NOUS AVERTISSONS SOLENNELLEMENT LES AUTORITÉS : VOUS ÊTES EN TRAIN DE FRANCHIR LA LIGNE ROUGE, NOUS NE L’ACCEPTERONS PAS !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬