Archives par mot-clé : Harcèlement

COLLÈGE DU MOULE : LES GENDARMES HARCÈLENT LA MAMAN REBELLE

Début septembre, une maman (Simone) a gagné contre le principal Duhamel, qui avait refoulé sa fille à l’entrée sous prétexte que son jean était trop clair.
Ensuite, pendant des semaines, Duhamel a voulu se venger en organisant un véritable harcèlement contre la collégienne (par exemple, nous savons qu’un voyou a reçu un appel anonyme pour qu’il vienne cogner l’enfant, et que cet appel provenait du collège). L’élève a pris des coups plusieurs fois, ses sœurs et sa mère aussi. Il a fallu une nouvelle mobilisation pour que les choses se calment.
Le recteur Galap avait choisi de soutenir le principal gangster. Du coup, les mauvaises paroles ont continué an bistan. Près de chez elles, un mur a même été tagué avec des insultes contre elles.
À chaque fois, depuis le 7 septembre, les gendarmes du Moule étaient présents devant le collège à la demande du principal Duhamel. Ils ont suivi toute l’affaire, nous avons même parlé avec eux lors des mobilisations.
À chaque fois que Simone a voulu porter plainte pour les violences subies par ses filles, certificats médicaux en main, ils ont refusé. Pour le tag, qui est là depuis 3 mois, ils ont pris la plainte mais ils n’ont rien fait.
SAMEDI, ILS ONT CONVOQUÉ SIMONE POUR L’ACCUSER DE VIOLENCE UN JOUR OÙ ELLE ET SES FILLES AVAIENT ÉTÉ AGRESSÉES. C’EST LE MONDE À L’ENVERS ! LES GENDARMES LUI ONT DIT QU’ELLE FERA 24H DE GARDE-À-VUE, ET QU’APRÈS ELLE IRA EN PRISON POUR 10 ANS. ILS LUI ONT DIT QU’ELLE ÉTAIT « UNE GRANDE CRIMINELLE », ET QUE C’EST POUR ÇA QU’ILS DEVAIENT FAIRE PHOTOS, PRISE D’EMPREINTES, PRÉLÈVEMENT ADN… L’UN D’ENTRE EUX L’A MÊME MENACÉE AVEC UN BÂTON, EN PLEINE GENDARMERIE !
Simone leur a raconté tout ce qu’elle et ses filles ont subi depuis le 7 septembre, et ils ont menti en disant qu’ils ne sont pas au courant.
Dimanche matin, ils l’ont rappelée pour qu’elle revienne encore à la gendarmerie. Cette fois-ci, ils ont été plus calmes, parce qu’on a accompagné Simone. Mais ils ont continué à mentir, en disant qu’ils ne connaissaient pas l’histoire, que pour les plaintes refusées elle aurait dû envoyer un courrier, etc.
L’attitude des gendarmes est criminelle ! Pour protéger le prestige d’un principal voyou, ils refusent d’aider une famille harcelée. Pire, ils se mettent eux aussi à harceler Simone et ses filles. NOUS AVERTISSONS SOLENNELLEMENT LES AUTORITÉS : VOUS ÊTES EN TRAIN DE FRANCHIR LA LIGNE ROUGE, NOUS NE L’ACCEPTERONS PAS !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬

COMMENT L’ÉCOLE « ÉLÈVE » LES ENFANTS EN GUADELOUPE

81REBELuneDepuis la maternelle, l’école veut nous apprendre la soumission. Tous les jours, des enfants sont brimés, frappés, terrorisés au point qu’un petit garçon s’est pendu début janvier.
Au sommaire du numéro 81 :
– Maltraités dès la maternelle, un enfant de 10 ans se suicide aux Abymes, une prof qui crache sur un collégien à Gourbeyre, une prof raciste au LPO Baimbridge,…
– Procès du lycéen de Faustin Fléret
– Grèves : Damoiseau, association Accors,
– mais aussi : lycée Ste-Rose, lycée Charles Coeffin, le Crous fait la chasse aux boursiers…
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬

COLLÈGE DU MOULE : FINALEMENT, LE RECTEUR N’A PAS REÇU LA MAMAN

Mercredi, vous avez peut-être entendu sur Guadeloupe 1ere que le recteur « sort de son silence » et qu’il allait s’occuper convenablement de cette scandaleuse affaire. Eh bien, non !
Ce matin, la maman devait être reçue. À son arrivée, elle trouve la porte du rectorat barrée par M. Delag, conseiller « sécurité » du recteur, assisté de 6 autres personnes. Comme si cette maman était un dangereux terroriste. Quelle insulte ! L’un d’eux, sans même dire bonjour, l’apostrophe d’un « c’est pour quoi ? » (comme s’ils ne savaient pas…). Elle se présente, explique qu’on lui a donné rendez-vous. Après, plus rien ! On la laisse attendre dehors, debout, sans même lui proposer de patienter à l’intérieur. Comme le 9 septembre, au Moule, quand la représentante du recteur Mme Lacémon, qui avait promis de la recevoir, l’a fait attendre 4 h pour rien, dehors en plein soleil. Ces gens sont décidément d’un mépris et d’une grossièreté sans nom !
La maman n’a pas accepté cette attitude méprisante à son égard. Elle annonce qu’elle rentre chez elle. Au dernier moment, Gladys Richard – une autre « chargée de la sécurité » – sort en courant du bâtiment, pour lui dire d’attendre : une certaine Mme Gaspard-Méride vient d’arriver, « c’est la dame qui va vous accompagner, on peut y aller ». Oui, vous avez bien lu ! Le recteur s’est permis de choisir lui-même la personne qui doit conseiller et soutenir la maman !
Elle proteste. Même Mme Gaspard est un peu étonnée du culot du rectorat : elle a parlé ce matin même au téléphone avec la maman, et elles s’étaient mises d’accord sur le fait que c’est Raphaël Cécé, du journal Rebelle ! qui doit l’accompagner… Mais les Delag et compagnie ne veulent rien entendre : la maman doit aller à la réunion avec la dame qu’ils ont choisie pour elle, et c’est tout ! Tu parles d’un guet-apens !
Cette attitude dénonce les autorités : c’est l’attitude de gens qui se savent dans une position indéfendable, mais qui sont déterminés à utiliser toutes les formes d’intimidation pour protéger leurs amis. Quant à la peur qu’a manifestement M. Galap de croiser un animateur de Rebelle ! (on se rappelle qu’il nous a déjà posé un lapin au moment des scandales sur le harcèlement sexuel) elle ferait presque rire… s’il ne s’agissait pas à chaque fois de problème aussi graves ! En l’occurrence, il s’agit pour lui de « sauver le soldat Duhamel », un principal qui est un grand malade, incapable de se contrôler, et qui a brandi un sabre contre un parent en juin !
LES CHEFS DU RECTORAT SONT GROSSIERS, ILS JOUENT AUX PETITS DICTATEURS, ET EN PLUS ILS SONT FROUSSARDS !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬