Archives par mot-clé : cgtg

PÔLE EMPLOI HORS-LA-LOI ! RÉINTÉGRATION DE SOPHIE !

Lundi 13 mars, une centaine de travailleurs de la banane, de la santé, du transport, de l’énergie et de Pôle emploi se sont mobilisés à Basse-Terre à l’appel de la CGTG.
Ils ont protesté contre la direction de Pôle emploi qui refuse de réintégrer une salariée, Sophie, malgré une décision de justice exécutoire.
Une nouvelle audience était prévue pour augmenter les astreintes que Pôle emploi doit verser à Sophie, et ainsi contraindre le directeur à la réintégrer. Sous la pression de la mobilisation, l’avocat de Pôle emploi a demandé le renvoi de l’affaire. L’audience aura lieu le 3 avril.
Les travailleurs mobilisés se sont aussi rendus au conseil départemental et au conseil régional pour dénoncer les problèmes des autres secteurs.
#JournalRebelle #Guadeloupe

MOBILISATION GÉNÉRALE DU 22 JUILLET : WOULO BA TRAVAYÈ O KONBA !

Le 22 juillet, plusieurs organisations syndicales avaient appelé les travailleurs à se mobiliser pour renforcer les grèves du Crédit Agricole contre la suppression des 40% de vie chère, d’IDEX Énergie, des agents communaux de Capesterre-Belle-Eau et des ouvriers agricoles de la plantation Mont Loué. Des centaines de travailleurs ont manifesté à Jarry depuis le centre d’affaire du Crédit Agricole jusqu’au port autonome.
Au bout d’une journée de blocage du port et face à la perspective d’une nouvelle mobilisation générale, les gros patrons et la préfecture ont eu peur ! La direction du Crédit Agricole a déclaré sur les médias qu’ils abandonnaient la suppression des 40%. Les travailleurs du Crédit Agricole restent mobilisés jusqu’à la satisfaction de l’ensemble de leurs revendications. La direction d’IDEX Énergie déjà condamnée à deux reprises parce qu’elle refuse d’appliquer le statut des IEG (incluant une prime de vie chère de 25%) reprendra les négociations mardi. Quant au maire de Capesterre-Belle-Eau, il a aussi été contraint de reprendre les négociations avec les grévistes ce lundi.

FÒS POU SÉ GRÉVIS-LA ! NOU VANSÉ SI YO !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬

JEUDI 28 AVRIL À 18H30, MEETING À PAP POUR LE RETRAIT TOTAL DE LA LOI EL KHOMRI

Le meeting est organisé par Combat ouvrier, le Parti communiste guadeloupéen, le Parti de gauche, la CGTG, la FSU et le journal Rebelle !.
C’est l’occasion d’expliquer les dangers de cette loi à ceux qui ne sont pas encore au courant. Lycéens, si vos parents ne comprennent pas pourquoi vous faites la grève, amenez-les !
VENEZ NOMBREUX CE JEUDI 28 AVRIL, À 18H30, À LA SALLE RÉMY NAINSOUTA À POINTE-À-PITRE !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬ ‪#‎CombatOuvrier‬ ‪#‎loitravail‬ ‪#‎loitravailnonmerci‬ ‪#‎OnVautMieuxQueCa‬ ‪#‎loielkhomri‬ ‪#‎onestpasdesesclaves‬

CONTRE LA LOI TRAVAIL : PREMIÈRE MANIFESTATION A POINTE-À-PITRE

20160331_100658_rognCe matin, nous étions 150 à exiger le retrait de la loi El Khomri. Nous nous sommes rassemblés devant Rémy Nainsouta puis nous avons manifesté dans les rues de Pointe-à-Pitre. Il y avait des étudiants et des lycéens avec le journal Rebelle, des travailleurs des syndicats CGTG, FO et FSU, et des militants de Combat Ouvrier, du Parti de Gauche, du Parti Communiste Guadeloupéen et du CIPN.
Cette loi est inacceptable : elle prévoit d’augmenter la durée du travail, de diminuer les salaires, et de faciliter les licenciements. La mobilisation contre cette loi grossit chaque semaine, les grèves et les manifestations ont été très nombreuses en France. Il faut continuer !
LA SEMAINE PROCHAINE IL FAUDRA ÊTRE ENCORE PLUS NOMBREUX À CRIER : LWA TRAVAY AWA !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬ ‪#‎CombatOuvrier‬ ‪#‎loitravail‬ ‪#‎loitravailnonmerci‬ ‪#‎OnVautMieuxQueCa‬ ‪#‎loielkhomri‬ ‪#‎onestpasdesesclaves‬

LES BÉKÉS DESPOINTES ENCORE UNE FOIS SOUTENUS PAR LA JUSTICE COLONIALE !

La semaine dernière, des trafiquants de lambi ont été très lourdement condamnés par le tribunal de Pointe-à-Pitre : deux ans de prison ferme pour l’un, un an pour l’autre, et 500 000 € d’amende.
L’enquête a duré 2 ans. Elle a révélé une filière bien organisée, où Carrefour Milénis figurait parmi les principaux acheteurs : 1 tonne et demie avait été achetée aux trafiquants, et revendue en promotion. Les autorités parlent de « tromperie », mais n’ont pas poursuivi les directeurs de l’hypermarché, Jean et Martin Despointes.
C’est quand même extraordinaire ! Ces mêmes békés ont retenu toute l’attention des juges quand ils se sont dits victimes de diffamation de la part de la CGTG. Ils ont obtenu que le syndicat soit condamné à leur verser 55 000 € pour avoir rappelé la vérité historique, à savoir que leur fortune provient « de la traite négrière, de l’économie de plantation et de l’esclavage salarié ».
Mais quand une enquête montre que les békés Despointes ont vendu en masse de la marchandise de contrebande, et dangereuse pour la santé, la « justice » ferme les yeux.
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬ ‪#‎CGTG‬