LES BÉKÉS DESPOINTES ENCORE UNE FOIS SOUTENUS PAR LA JUSTICE COLONIALE !

La semaine dernière, des trafiquants de lambi ont été très lourdement condamnés par le tribunal de Pointe-à-Pitre : deux ans de prison ferme pour l’un, un an pour l’autre, et 500 000 € d’amende.
L’enquête a duré 2 ans. Elle a révélé une filière bien organisée, où Carrefour Milénis figurait parmi les principaux acheteurs : 1 tonne et demie avait été achetée aux trafiquants, et revendue en promotion. Les autorités parlent de « tromperie », mais n’ont pas poursuivi les directeurs de l’hypermarché, Jean et Martin Despointes.
C’est quand même extraordinaire ! Ces mêmes békés ont retenu toute l’attention des juges quand ils se sont dits victimes de diffamation de la part de la CGTG. Ils ont obtenu que le syndicat soit condamné à leur verser 55 000 € pour avoir rappelé la vérité historique, à savoir que leur fortune provient « de la traite négrière, de l’économie de plantation et de l’esclavage salarié ».
Mais quand une enquête montre que les békés Despointes ont vendu en masse de la marchandise de contrebande, et dangereuse pour la santé, la « justice » ferme les yeux.
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬ ‪#‎CGTG‬

Laisser un commentaire