HARCÈLEMENT SEXUEL À L’ÉCOLE : CEUX QUI ABUSENT DE LEUR POUVOIR SONT PROTÉGÉS

Il y a 10 jours, 2 familles ont porté plainte contre le directeur d’une école primaire, dans une petite ville près de Lyon. Ce directeur a abusé sexuellement des élèves de CP dont il avait la charge. Il a d’abord nié en bloc, puis il a reconnu les faits. Depuis, 7 autres plaintes ont été déposées.
Face au scandale, les chefs du rectorat de Lyon et du ministère se sont justifiés en disant qu’ils n’étaient au courant de rien. C’est exactement ce qu’avait dit le recteur Stephan Martens en Guadeloupe, quand Rebelle ! a commencé à publier des témoignages qui montrent les abus dont sont victimes les jeunes filles dans les établissements scolaires de Guadeloupe : « dans notre académie comme ailleurs, il existe des procédures de signalement précises et bien rodées en ce qui concerne tout acte de violence, y compris les violences à caractère sexuel. Nous n’avons reçu aucun signalement en ce sens, et aucune plainte n’est venue étayer les accusations des rebelles ». À chaque fois, c’est la même réponse : circulez, y a rien à voir. Sauf que si : il y a un problème ! Et dans ce domaine comme dans les autres, c’est encore pire ici !
La ministre de l’Éducation Vallaud-Belkacem déclare aujourd’hui : « nos enfants doivent être protégés des prédateurs sexuels ». Mais elle n’a pas répondu quand nous lui avons envoyé, il y a 4 mois, le dossier (à télécharger ci-dessous) où nous montrons clairement que Rebelle ! est poursuivi justement parce qu’il dénonce ces « prédateurs » en Guadeloupe.
MADAME LA MINISTRE, QUAND LE SCANDALE ÉCLATERA ICI, VOUS NE POURREZ PAS DIRE : « JE NE SAVAIS PAS » !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬ ‪#‎Sexisme‬ ‪#‎Harcèlement‬
http://journalrebelle.com/…/upl…/2014/11/BrochureREBELLE.pdf

Laisser un commentaire