EN GUADELOUPE L’ÉTAT NE CHERCHE PAS LES TERRORISTES, IL ENCOURAGE LA TERREUR 3/3

« Liberté, égalité, fraternité » ? C’est ça que vous espérez enseigner aux enfants du lycée Faustin Fléret ? Sans blague…
Vu ce qui vient de se passer, ils ne peuvent tirer que trois conclusions. En fait de liberté, ils n’ont que celle de la fermer. En fait d’égalité, il n’y a que la loi du plus fort, et le plus fort c’est le chef. En fait de fraternité, les petits Noirs de Guadeloupe n’ont droit qu’à être traités en terroristes par des imbéciles excités par « l’état d’urgence » qui peuvent, comme ça les chante, foutre en taule un enfant pour deux jours pour avoir osé parler dans un « débat ».
Gendarmes ! Ne déshonorez pas votre uniforme en défendant des notables incompétents et profiteurs au lieu de défendre les citoyens ! Sinon, personne ne s’étonnera que les terroristes criminels de Paris aient pu perpétrer leurs crimes. Les gens diront : manifestement les autorités sont bien trop occupées à intimider la population pour s’occuper des vrais terroristes !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬ #‎Attentatsdeparis‬

Laisser un commentaire