COLLÈGE DU MOULE : FINALEMENT, LE RECTEUR N’A PAS REÇU LA MAMAN

Mercredi, vous avez peut-être entendu sur Guadeloupe 1ere que le recteur « sort de son silence » et qu’il allait s’occuper convenablement de cette scandaleuse affaire. Eh bien, non !
Ce matin, la maman devait être reçue. À son arrivée, elle trouve la porte du rectorat barrée par M. Delag, conseiller « sécurité » du recteur, assisté de 6 autres personnes. Comme si cette maman était un dangereux terroriste. Quelle insulte ! L’un d’eux, sans même dire bonjour, l’apostrophe d’un « c’est pour quoi ? » (comme s’ils ne savaient pas…). Elle se présente, explique qu’on lui a donné rendez-vous. Après, plus rien ! On la laisse attendre dehors, debout, sans même lui proposer de patienter à l’intérieur. Comme le 9 septembre, au Moule, quand la représentante du recteur Mme Lacémon, qui avait promis de la recevoir, l’a fait attendre 4 h pour rien, dehors en plein soleil. Ces gens sont décidément d’un mépris et d’une grossièreté sans nom !
La maman n’a pas accepté cette attitude méprisante à son égard. Elle annonce qu’elle rentre chez elle. Au dernier moment, Gladys Richard – une autre « chargée de la sécurité » – sort en courant du bâtiment, pour lui dire d’attendre : une certaine Mme Gaspard-Méride vient d’arriver, « c’est la dame qui va vous accompagner, on peut y aller ». Oui, vous avez bien lu ! Le recteur s’est permis de choisir lui-même la personne qui doit conseiller et soutenir la maman !
Elle proteste. Même Mme Gaspard est un peu étonnée du culot du rectorat : elle a parlé ce matin même au téléphone avec la maman, et elles s’étaient mises d’accord sur le fait que c’est Raphaël Cécé, du journal Rebelle ! qui doit l’accompagner… Mais les Delag et compagnie ne veulent rien entendre : la maman doit aller à la réunion avec la dame qu’ils ont choisie pour elle, et c’est tout ! Tu parles d’un guet-apens !
Cette attitude dénonce les autorités : c’est l’attitude de gens qui se savent dans une position indéfendable, mais qui sont déterminés à utiliser toutes les formes d’intimidation pour protéger leurs amis. Quant à la peur qu’a manifestement M. Galap de croiser un animateur de Rebelle ! (on se rappelle qu’il nous a déjà posé un lapin au moment des scandales sur le harcèlement sexuel) elle ferait presque rire… s’il ne s’agissait pas à chaque fois de problème aussi graves ! En l’occurrence, il s’agit pour lui de « sauver le soldat Duhamel », un principal qui est un grand malade, incapable de se contrôler, et qui a brandi un sabre contre un parent en juin !
LES CHEFS DU RECTORAT SONT GROSSIERS, ILS JOUENT AUX PETITS DICTATEURS, ET EN PLUS ILS SONT FROUSSARDS !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬

Laisser un commentaire