COMMENT L’ÉCOLE « ÉLÈVE » LES ENFANTS EN GUADELOUPE

81REBELuneDepuis la maternelle, l’école veut nous apprendre la soumission. Tous les jours, des enfants sont brimés, frappés, terrorisés au point qu’un petit garçon s’est pendu début janvier.
Au sommaire du numéro 81 :
– Maltraités dès la maternelle, un enfant de 10 ans se suicide aux Abymes, une prof qui crache sur un collégien à Gourbeyre, une prof raciste au LPO Baimbridge,…
– Procès du lycéen de Faustin Fléret
– Grèves : Damoiseau, association Accors,
– mais aussi : lycée Ste-Rose, lycée Charles Coeffin, le Crous fait la chasse aux boursiers…
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬

PROCÈS DU BÉKÉ LOUIS DORMOY : MOBILISATION RÉUSSIE !

DSCN3313rgnLe 12 février, une centaine d’ouvriers de la banane a manifesté devant le tribunal de Basse-Terre. Ils étaient convoqués pour témoigner contre leur ancien patron Louis Dormoy. En novembre 2014, les salariés avaient cessé le travail pour dénoncer des conditions de travail dangereuses pour leur santé, et même pour leur vie (en 25 ans, il y a déjà eu 10 morts sur la plantation). Dormoy s’était vengé en refusant de payer leurs jours de droit retrait, ce qui est illégal.DSCN3310rgnDORMOY AU TRIBUNAL, ÇA DEVIENT UNE HABITUDE
Il a déjà été condamné, l’an passé à un an de prison avec sursis et à 10 000 euros d’amende, pour avoir causé la mort d’un ouvrier sur la plantation. Les ouvriers étaient venus nombreux pour assister au procès de celui qui se prenait pour un ancien maître.
LE PROCÈS DU 12 FÉVRIER A ÉTÉ RENVOYÉ AU 1er JUILLET : LES OUVRIERS DE LA BANANE SONT BIEN DÉTERMINÉS À SE FAIRE RESPECTER PAR CES ANCIENS ESCLAVAGISTES !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬ ‪#‎CGTG‬

LES BÉKÉS DESPOINTES ENCORE UNE FOIS SOUTENUS PAR LA JUSTICE COLONIALE !

La semaine dernière, des trafiquants de lambi ont été très lourdement condamnés par le tribunal de Pointe-à-Pitre : deux ans de prison ferme pour l’un, un an pour l’autre, et 500 000 € d’amende.
L’enquête a duré 2 ans. Elle a révélé une filière bien organisée, où Carrefour Milénis figurait parmi les principaux acheteurs : 1 tonne et demie avait été achetée aux trafiquants, et revendue en promotion. Les autorités parlent de « tromperie », mais n’ont pas poursuivi les directeurs de l’hypermarché, Jean et Martin Despointes.
C’est quand même extraordinaire ! Ces mêmes békés ont retenu toute l’attention des juges quand ils se sont dits victimes de diffamation de la part de la CGTG. Ils ont obtenu que le syndicat soit condamné à leur verser 55 000 € pour avoir rappelé la vérité historique, à savoir que leur fortune provient « de la traite négrière, de l’économie de plantation et de l’esclavage salarié ».
Mais quand une enquête montre que les békés Despointes ont vendu en masse de la marchandise de contrebande, et dangereuse pour la santé, la « justice » ferme les yeux.
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬ ‪#‎CGTG‬