COLLÈGE DU MOULE : LES GENDARMES HARCÈLENT LA MAMAN REBELLE

Début septembre, une maman (Simone) a gagné contre le principal Duhamel, qui avait refoulé sa fille à l’entrée sous prétexte que son jean était trop clair.
Ensuite, pendant des semaines, Duhamel a voulu se venger en organisant un véritable harcèlement contre la collégienne (par exemple, nous savons qu’un voyou a reçu un appel anonyme pour qu’il vienne cogner l’enfant, et que cet appel provenait du collège). L’élève a pris des coups plusieurs fois, ses sœurs et sa mère aussi. Il a fallu une nouvelle mobilisation pour que les choses se calment.
Le recteur Galap avait choisi de soutenir le principal gangster. Du coup, les mauvaises paroles ont continué an bistan. Près de chez elles, un mur a même été tagué avec des insultes contre elles.
À chaque fois, depuis le 7 septembre, les gendarmes du Moule étaient présents devant le collège à la demande du principal Duhamel. Ils ont suivi toute l’affaire, nous avons même parlé avec eux lors des mobilisations.
À chaque fois que Simone a voulu porter plainte pour les violences subies par ses filles, certificats médicaux en main, ils ont refusé. Pour le tag, qui est là depuis 3 mois, ils ont pris la plainte mais ils n’ont rien fait.
SAMEDI, ILS ONT CONVOQUÉ SIMONE POUR L’ACCUSER DE VIOLENCE UN JOUR OÙ ELLE ET SES FILLES AVAIENT ÉTÉ AGRESSÉES. C’EST LE MONDE À L’ENVERS ! LES GENDARMES LUI ONT DIT QU’ELLE FERA 24H DE GARDE-À-VUE, ET QU’APRÈS ELLE IRA EN PRISON POUR 10 ANS. ILS LUI ONT DIT QU’ELLE ÉTAIT « UNE GRANDE CRIMINELLE », ET QUE C’EST POUR ÇA QU’ILS DEVAIENT FAIRE PHOTOS, PRISE D’EMPREINTES, PRÉLÈVEMENT ADN… L’UN D’ENTRE EUX L’A MÊME MENACÉE AVEC UN BÂTON, EN PLEINE GENDARMERIE !
Simone leur a raconté tout ce qu’elle et ses filles ont subi depuis le 7 septembre, et ils ont menti en disant qu’ils ne sont pas au courant.
Dimanche matin, ils l’ont rappelée pour qu’elle revienne encore à la gendarmerie. Cette fois-ci, ils ont été plus calmes, parce qu’on a accompagné Simone. Mais ils ont continué à mentir, en disant qu’ils ne connaissaient pas l’histoire, que pour les plaintes refusées elle aurait dû envoyer un courrier, etc.
L’attitude des gendarmes est criminelle ! Pour protéger le prestige d’un principal voyou, ils refusent d’aider une famille harcelée. Pire, ils se mettent eux aussi à harceler Simone et ses filles. NOUS AVERTISSONS SOLENNELLEMENT LES AUTORITÉS : VOUS ÊTES EN TRAIN DE FRANCHIR LA LIGNE ROUGE, NOUS NE L’ACCEPTERONS PAS !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬

LYCÉE FAUSTIN FLÉRET : WOULO POUR MARVIN, WOULO POUR LES LYCÉENS EN GRÈVE !

procès_marvin_FBCe matin, Marvin était convoqué au tribunal de Pointe-à-Pitre. C’est à cause de sa prof de français, et de son proviseur, qui ont abusé de leur pouvoir et prétendu que Marvin serait un terroriste (voir posts précédents). Ils pensaient que ce serait facile d’utiliser l’état d’urgence pour « donner une leçon » à tous les élèves. Ils se sont trompés…
Ce matin, les lycéens de Faustin ont fait grève pour soutenir Marvin. Le proviseur a envoyé les gendarmes, il a essayé de les intimider, mais il n’a pas réussi. Finalement, ce proviseur tèbè a fermé lui-même le lycée.
À Pointe-à-Pitre, 50 personnes ont accompagné Marvin au tribunal. Son avocat a déposé plusieurs questions préalables, pour lesquelles la justice devra donner une réponse avant d’entamer d’éventuelles poursuites. Affaire à suivre…
BRAVO À TOUS CEUX QUI ONT MONTRÉ LEUR SOLIDARITÉ, ET SURTOUT BRAVO AUX LYCÉENS DE FAUSTIN !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬

grève_faustin

LES CHEFS DE L’ÉCOLE ONT COMMIS UNE FAUTE : CORRIGEONS-LES !

Tract FaustinEn novembre, Marvin, élève de 1ère au lycée Faustin Fléret de Morne-À-L’eau a fait 35 h de taule pour avoir répondu à sa prof. Il est convoqué au tribunal le 23 février. C’est inacceptable !
Pendant le débat après les attentats de Paris, Marvin ne souhaitait pas parler. Sa prof a insisté et il a fini par dire « pour tous les morts que le terrorisme fait en Afrique, on ne fait pas autant d’histoires ». Comme elle commençait à l’engueuler, il a fini par lâcher une grosse bêtise : « je suis pour le djihad ».
Ah ! Elle devait être contente la prof, d’avoir poussé Marvin à la faute. Ça faisait longtemps qu’elle voulait lui clouer le bec. Et le proviseur ? Et le recteur ? Trop contents d’utiliser « l’état d’urgence » pour jouer les boss une nouvelle fois !
Résultat, Marvin arrêté, sa maison fouillée, 4 de ses amis arrêtés à leur tour parce qu’on a trouvé leur numéro sur le téléphone de Marvin, 5 familles traumatisées. NOU PA KA PWAN SA !
C’EST POURQUOI LE JOURNAL REBELLE ! ET LE COMITÉ DE DÉFENSE DE MARVIN :
– ORGANISENT LE VRAI DÉBAT QUE L’ÉCOLE A ÉTÉ INCAPABLE D’ORGANISER, SAMEDI 20 FÉVRIER 2016 À 9 H, À LA SALLE COMMUNALE DU HAUT DE LA MONTAGNE, À PORT LOUIS.
– APPELLENT TOUS LES JEUNES ET LEURS PARENTS À ACCOMPAGNER MARVIN LORS DE SON PROCÈS À POINTE-À-PITRE, MARDI 23 FÉVRIER 2016 À 9 H.
VENEZ NOMBREUX !
‪#‎JournalRebelle‬ ‪#‎Guadeloupe‬